La FEB et les fédérations sectorielles lancent cinq ambitions pour l’économie circulaire en Belgique

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

En collaboration avec ses fédérations sectorielles, la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) a élaboré une « Vision Économie circulaire 2030 » commune. Ce document sert de feuille de route pour les dix prochaines années afin de donner une orientation au développement accéléré de modèles d’économie circulaire et s’articule autour de cinq ambitions concrètes. Le monde des entreprises souhaite ainsi renforcer davantage la position de leader de la Belgique en matière d’économie circulaire.

L’économie circulaire est l’une des clés d’une économie prospère et résiliente à long terme. C’est aussi un élément essentiel du plan de relance économique après la crise de la Covid-19. Les secteurs d’activité belges sont, chacun à leur manière, actifs dans l’économie circulaire depuis longtemps, bien avant que ce terme ne fasse son apparition. Fort d’une vision partagée, le monde des affaires souhaite désormais passer à la vitesse supérieure et adopter la circularité comme moteur de croissance économique et de création de prospérité durable.

Leader de l’économie circulaire

Cette vision est ambitieuse et vise à renforcer la position de l’industrie belge en tant que leader de l’économie circulaire d’ici 2030. Elle s’inscrit dans le cadre des principes des Objectifs de développement durable (ODD) et souligne l’importance de l’innovation dans un cadre politique régional, fédéral et européen qui permet et stimule la transition vers des modèles circulaires. Les éléments clés de cette vision sont la création de valeur maximale grâce à une compétitivité accrue, un accès plus aisé aux matériaux, la disponibilité de matières premières alternatives et la création d’emplois.

Cinq ambitions circulaires

La FEB et les fédérations sectorielles concernées ont formulé cinq ambitions concrètes au moyen desquelles elles entendent réaliser leur vision dans un cadre européen d’ici à 2030.

  1. Maximaliser la disponibilité des matériaux
  2. Être pionniers dans la conception et la production circulaires
  3. Être pionniers dans les modèles d’entreprise circulaires
  4. Être pionniers dans la récupération de qualité de matériaux
  5. Être forts dans l’utilisation de catalyseurs pour l’économie circulaire (catalyseurs, soit toutes les mesures qui peuvent soutenir, permettre ou accélérer la transition vers une économie circulaire)

Un tableau de bord sera développé pour assurer un suivi des progrès tous les deux ans sur base d’indicateurs d’Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne. Une première analyse et un premier rapport d’avancement sont prévus en 2022.

Besoin d’un level playing field

La transition d’une économie linéaire vers une économie circulaire relève d’une responsabilité partagée. Il appartient ainsi aux autorités belges de miser au maximum sur un cadre politique de soutien européen. La consolidation de l’égalité des conditions de concurrence dans le marché unique européen est cruciale. Par ailleurs, la sécurité d’approvisionnement en matériaux et en énergie doit être renforcée stratégiquement, nous devons aller au-delà du simple recyclage et les marchés publics doivent tenir davantage compte de la durabilité et de la circularité.

« Afin d’accompagner avec succès cette transition vers une économie circulaire, il est nécessaire de mettre en place une approche interfédérale et intersectorielle rationnalisée »

Pieter Timmermans, administrateur délégué de la FEB 

Pieter Timmermans, administrateur délégué de la FEB : « L’heure n’est plus à l’expérimentation. Notre pays est considéré comme pionnier en matière d’économie circulaire, un atout qu’on doit davantage promouvoir à l’international pour en faire un produit d’exportation. Le passage d’une économie linéaire à une économie circulaire est un maillon essentiel de la transition vers une société durable. Afin d’accompagner avec succès cette transition, il est nécessaire de mettre en place une approche interfédérale et intersectorielle rationnalisée. La vision FEB 2030 est la meilleure preuve que cela est possible. »

« Le secteur de la chimie et des sciences de la vie est un partenaire indispensable de la transition vers une économie circulaire »

Yves Verschueren, administrateur délégué d’essenscia

Yves Verschueren, administrateur délégué d’essenscia : « Le secteur de la chimie et des sciences de la vie produit les composants essentiels pour pratiquement tous les produits que nous consommons au quotidien. Cela fait de cette industrie un partenaire indispensable de la transition vers une économie circulaire. C’est un défi majeur mais également une grande responsabilité. En collaboration avec la FEB, les entreprises sectorielles, les décideurs politiques et les partenaires d’innovation, essenscia met tout en œuvre pour contribuer à construire les bases de l’économie circulaire durable de demain. »

Télécharger la « Vision Économie circulaire 2030 »