Pourquoi la profession de tôlier en carrosserie figure-t-elle sur la liste des métiers en pénurie ?

@BASF Coatings
Facebook
Twitter
LinkedIn
Quand on est amené à recruter des profils techniques dans le secteur industriel, nul besoin d’un rapport d’étude du VDAB pour citer d’emblée différents métiers en pénurie. L’Office flamand de l’emploi et de la formation professionnelle vient de publier sa
des professions dont les postes vacants sont très difficiles à pourvoir. En ce qui concerne notre secteur, celle de « tôlier en carrosserie » sort du lot. Le pourvoi des postes vacants pour cette profession est à son niveau le plus bas depuis cinq ans.
Examinons les raisons…

Une pénurie «d’ordre qualitatif»

Quand on se penche sur les chiffres du VDAB qui concernent la profession de tôlier en carrosserie, un point saute aux yeux : il y a cinq fois plus de demandeurs d’emploi pour ce type de fonction (± 250) qu’il y a de postes vacants (± 50). Pourquoi, dès lors, parle-t-on de pénurie?

 En réalité, les chiffres ne disent pas tout. Un examen approfondi de l’offre et de la demande permet de mettre le doigt sur le problème : l’écart considérable entre ce qu’on attend des candidats et leur formation. C’est ce que les sociologues appellent une «pénurie qualitative».

La preuve

 Pour savoir ce que cachent les chiffres, nous nous sommes entretenus avec Kristof Eraly, secrétaire général de Febelcar, la fédération belge des carrosseries.

Un écart entre le niveau d’enseignement et les exigences du terrain

  «Le manque d’intérêt n’est pas le principal problème», confirme Kristof Eraly. «Même si cette formation relève d’un domaine qui souffre d’une image plutôt négative. La spécialisation dans le métier de tôlier en carrosserie intervient en septième année de l’enseignement professionnel, après une formation préparatoire en carrosserie. Or, d’après nous, il s’agit d’une profession tellement complexe qu’elle mériterait une place dans l’enseignement technique. Résultat : la qualité des étudiants que les écoles envoient sur le marché du travail laisse à désirer. Et les exigences du milieu professionnel sont élevées. Voilà qui explique une partie du problème.»

Les écoles à la traîne sur le plan logistique

Autre problème : la logistique obsolète des écoles. Les appareils utilisés par les professionnels sont beaucoup plus sophistiqués que ceux dont disposent les écoles. Il y a donc aussi un écart à ce niveau. «Il n’est pas question de mauvaise volonté ou de désintérêt : il s’agit d’un problème de budget dans l’enseignement», précise Kristof Eraly. «Les fabricants de peinture compensent heureusement en partie en fournissant leur matériel à des prix souvent avantageux. Mais il y a un hic : les étudiants entament leur carrière sans être suffisamment préparés. On relève malgré tout un point positif : l’apprentissage en alternance, qui permet aux élèves de passer l’essentiel de leur cursus dans des ateliers de carrosserie», conclut Kristof Eraly.

La concurrence d’autres secteurs

 Lorsque les tôliers en carrosserie frais émoulus arrivent sur le marché du travail, ils ne sont malheureusement pas automatiquement attirés par des postes dans le domaine de la carrosserie. «Nous devons faire face à la concurrence d’autres secteurs techniques, où la rémunération joue souvent un rôle déterminant. Mais les diplômés passionnés qui ne cherchent pas avant tout à garnir leur compte en banque finissent généralement dans un atelier de carrosserie.»

 Concours de carrosserie

Pour aider la profession à redorer son blason, Febelcar organisera, cette année scolaire, la deuxième édition des Carrosserie Masters, notamment en collaboration avec les quatre grands fabricants de peintures automobiles (AkzoNobel, BASF, PPG et Axalta). Ce concours entre écoles (réparties en Flandre et en Wallonie) commence par une épreuve de sélection qui consiste à effectuer une réparation aussi soignée que possible. Le jury sélectionne ensuite huit écoles pour la finale. «Les élèves sont très motivés et l’événement met en valeur la profession», souligne Kristof Eraly, qui donnera le coup d’envoi de la nouvelle édition des Carrosserie Masters avec Febelcar les 17 et 18 octobre.

Picture : @BASF Coatings